Comment se déroule une conduite supervisée ?

Comment se déroule une conduite supervisée ?

Les personnes qui suivent une formation en conduite supervisée doivent remplir certaines conditions. De même, les accompagnateurs doivent également remplir certains critères. Pour résumer, la conduite supervisée est liée à l’âge de l’apprenti conducteur et à l’expérience de l’accompagnateur. La compagnie d’assurance a également son mot à dire. Comment se déroule exactement la conduite supervisée ? Nos réponses !

Qu’est-ce qu’une conduite supervisée ?

D’abord, il est important de souligner que la conduite supervisée est régie par l’article L211-4 du code de la route. La conduite supervisée peut se définir comme suit : La possibilité pour un apprenti conducteur de plus de 18 ans de conduire une voiture (dans le but de s’entraîner de façon intensive). Et ce, bien avant l’examen pratique pour l’obtention du permis. Là-dessus, un conducteur titulaire du permis B et ayant une expérience d’au moins cinq ans doit accompagner l’apprenti. La validité d’une conduite supervisée est conditionnée. En effet, l’apprenti doit réaliser une conduite de 1000 kilomètres en au moins trois mois.

A découvrir également : Assurance auto,votre assureur vous couvre-t-il vraiment ?

Les conditions pour faire une formation de conduite supervisée

La conduite supervisée est concomitante de quelques conditions. Si vous commencez la conduite supervisée avant un premier passage à l’examen, vous devez au préalable avoir réussi à l’examen du code de la route. Aussi, vous devez avoir suivi une formation initiale à la conduite de véhicules motorisés. Là-dessus, 20 heures de conduite dans une auto-école classique ou en ligne sont requises. Aussi, une attestation de fin de formation initiale doit être délivrée. Cette attestation a pour objet de prouver que vous possédez toutes les compétences et aptitudes nécessaires pour conduire sous la surveillance d’une tierce personne.

Conduite supervisée : Pour qui ?

Pour faire de la conduite supervisée, il faut réunir ces trois conditions :

Lire également : Bonus assurance moto : comment ça marche ?

  • Il faut que l’apprenti soit majeur ;
  • Il faut qu’il ait réussi au test code de la route ;
  • Il faut qu’il ait effectué 20 heures de conduite d’une voiture motorisée.

La conduite supervisée est donc réservée aux candidats ayant ce profil.

Conduite supervisée et conduite accompagnée : Quelles sont les différences ?

Ayant les mêmes objectifs et présentant les mêmes caractéristiques, les deux formules sont différentes sur quelques points :

  • Pour la conduite accompagnée, le permis probatoire est valide durant deux ans ;
  • Le candidat en conduite accompagnée doit avoir fait au moins 3 000 kilomètres en 1 à 3 ans ;
  • Une personne âgée de 16 ans et plus peut se présenter pour la conduite accompagnée

Une personne présentant ce profil peut donc faire de la conduite accompagnée.

Conduite supervisée : Quels sont les avantages ?

La conduite supervisée présente plusieurs avantages. D’abord, elle vous permet de conduire dans des conditions réelles. Ensuite, elle vous permet également de réduire les frais que vous payez à l’école. Et pour cause, vous n’avez pas recours aux leçons de conduite supplémentaires. La plupart des apprentis en auto-école ont recours à cette pratique en attendant les examens pratiques. Ensuite, la conduite supervisée vous permet également de vous familiariser assez tôt à la conduite et aux routes. Ainsi, vous avez plus confiance en vous. Et enfin, la conduite supervisée prolonge votre entraînement et votre apprentissage pratique.

Conduite supervisée : Quels sont les éventuels inconvénients ?

La conduite supervisée ne présente pas que des avantages. Quelques inconvénients sont également recensés. Le premier est au niveau de votre assureur. Il y a une revalorisation des frais à payer pour la durée où le véhicule sera utilisé en conduite supervisée. Aussi, vous devez recourir à une personne qui a assez de patience pour faire les heures demandées. Cette personne doit également être titulaire d’un sens aigu de la pédagogie et du transfert de compétence. Et enfin, le dernier inconvénient est la dépendance au moniteur. Puisque l’apprenti a pris l’habitude d’être supervisé, il n’aura peut-être plus assez d’autonomie le jour de l’examen de conduite.