Le nombre de chevaux sur la carte grise : explications et fonctionnement

Le nombre de chevaux sur la carte grise : explications et fonctionnement

Le nombre de chevaux mentionné sur la carte grise d’un véhicule correspond au nombre de chevaux fiscaux. Ce nombre est déterminé en fonction de la puissance du moteur et de sa cylindrée. Il permet de calculer le coût de la carte grise, qui varie en fonction du nombre de chevaux fiscaux du véhicule. L’objectif de cette mention est de faciliter les contrôles de police et d’assurer la sécurité routière. Effectivement, un véhicule dont la puissance est supérieure à la limite autorisée peut être sanctionné par une amende. Le nombre de chevaux fiscaux permet aussi de déterminer le montant de la taxe annuelle sur les véhicules.

Le nombre de chevaux sur la carte grise une information utile

Pourquoi le nombre de chevaux est-il mentionné sur la carte grise ? Il s’agit d’une question légitime que se posent de nombreux automobilistes. En réalité, cette information est cruciale pour plusieurs raisons. Elle permet aux autorités compétentes de vérifier que les véhicules circulant sur les routes sont bien conformes à la réglementation en vigueur.

A voir aussi : Réussir l'épreuve pratique du permis de conduire (permis B) : conseils et astuces (préparation au permis de conduire)

Effectivement, il existe des limitations quant à la puissance des moteurs afin de garantir une certaine sécurité routière et limiter les risques d’accidents. Le nombre de chevaux fiscaux peut donc être considéré comme un indicateur fiable du niveau de performance d’un véhicule. Cette donnée n’est toutefois pas la seule utilisée par les forces de l’ordre lors des contrôles routiers.

Le nombre de chevaux fiscaux a aussi une incidence directe sur le coût annuel ou ponctuel lié au véhicule en question, sachant qu’il détermine notamment le montant total à payer pour obtenir sa carte grise. Pour calculer ce coût précisément, il faut nécessairement avoir accès aux informations figurant sur celle-ci, dont font partie ces fameuses unités équivalentes « CV » (chevaux), ainsi que son taux de CO2 qui impactera aussi fortement celui-ci.

A voir aussi : Quand devez-vous changer votre plaque d'immatriculation ?

Il faut noter cependant que ce chiffre ne doit pas être confondu avec la puissance réelle du moteur : bien souvent inférieure au chiffre indiqué dans certains cas particuliers justement pour éviter une taxation trop importante • on pense ici par exemple aux nouvelles normes européennes anti-pollution -, il n’en demeure pas moins un outil clé pour tous les acteurs du secteur automobile et qui présente de nombreuses incertitudes. En définitive, si le nombre de chevaux fiscaux est une donnée souvent méconnue des utilisateurs, son influence sur l’ensemble des coûts liés à leur véhicule ne doit pas être sous-estimée.

Comment estimer le nombre de chevaux fiscaux d’un véhicule

Mais alors, comment est déterminé le nombre de chevaux fiscaux d’un véhicule ? Cette question peut sembler complexe à première vue, mais la réponse est en réalité assez simple. Le calcul se fait à partir de plusieurs critères, notamment la cylindrée du moteur et sa puissance.

Concrètement, on multiplie généralement la cylindrée (exprimée en cm³) par un coefficient qui varie en fonction des caractéristiques du moteur. Ce coefficient prend notamment en compte le nombre de soupapes et leur disposition dans le moteur ainsi que les technologies spécifiques utilisées pour réduire les émissions polluantes. Il permet ensuite d’obtenir une valeur correspondant aux unités « CV » mentionnées sur la carte grise.

Il faut préciser que ce mode de calcul n’est pas universel : selon les pays ou les régions administratives au sein même d’un même pays, il peut exister différentes façons de faire • certains utilisent par exemple directement la puissance administrative exprimée elle aussi en kW … Certain(e)s constructeurs peuvent chercher à optimiser leurs modèles afin qu’ils se situent juste sous le seuil fatidique des 2 CV fiscaux pour éviter une taxation plus importante.

Il faut savoir que l’on ne calcule pas toujours simplement cette donnée : certains cas particuliers ont besoin d’un examen plus minutieux comme ceux impliquant des voitures hybrides ou électriques où là encore différents critères entrent potentiellement en jeu afin d’établir un résultat satisfaisant pour toutes les parties prenantes. Vous devez donc en savoir davantage sur ces derniers. Bien entendu, cette information ne doit pas être confondue avec la puissance réelle du moteur qui peut varier selon différents facteurs comme par exemple l’étalonnage des cartographies électroniques ou encore les ajouts techniques effectués ultérieurement (par exemple via la pose d’un kit turbo).

Les utilisations du nombre de chevaux fiscaux

Mais alors, à quoi sert réellement le nombre de chevaux fiscaux ? Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne correspond pas directement à la puissance du moteur ni même au coût de l’assurance automobile. Effectivement, cette donnée est principalement utilisée pour calculer les différentes taxes liées à la possession et l’utilisation d’un véhicule.

Plus un véhicule a un grand nombre de chevaux fiscaux, plus sa taxation sera importante. Cette taxe prend notamment en compte la taxe sur les véhicules de sociétés, qui peut être très élevée pour les modèles les plus puissants.

De même, le montant de certaines amendes telles que celles relatives aux parcmètres ou encore aux péages autoroutiers peut dépendre du nombre de chevaux fiscaux inscrits sur la carte grise du véhicule en question.

Bien sûr, cela n’est pas systématique : chaque pays et région réglementent différemment leur système fiscal selon leurs propres exigences économiques… Toutefois, dans tous ces cas, figure une notion claire d’incitation financière ou de dissuasion vis-à-vis des propriétaires automobiles ; ces derniers ayant ainsi intérêt à opter pour des modèles moins « gourmands » en termes d’imposition s’ils veulent éviter une facture trop salée. Par exemple, si on compare deux voitures avec des caractéristiques similaires mais dont l’une a 5 CV fiscaux tandis que l’autre n’en a qu’un seul, eh bien dans certains endroits, elle devra acquitter une taxe d’immatriculation plus importante, un montant supérieur pour son assurance ou encore un coût plus élevé à la location.

Coût de la carte grise : comment le nombre de chevaux fiscaux le détermine-t-il

Mais comment calculer précisément le coût de la carte grise en fonction du nombre de chevaux fiscaux ?

Il faut savoir que pour obtenir le prix exact de sa carte grise, il faut prendre en compte différents éléments comme la valeur du véhicule et son âge. Il existe aussi des différenciations selon les régions ou les départements.

Si l’on souhaite se concentrer uniquement sur l’impact du nombre de chevaux fiscaux sur ce montant, on peut donner une idée générale : pour un moteur dont la puissance administrative est inférieure à 10 CV fiscaux, le tarif sera d’environ 36 euros par CV. Au-delà des 10 premiers chevaux, le montant passe à environ 43 €/CV puis s’accroît encore plus fortement passé les 16 CV.

Par exemple :

  • Pour une voiture avec un moteur administrativement évalué à 6 CV : (6 x 36) = 216 €
  • Pour une voiture avec un moteur administrativement évalué à 12 CV : (10 x 36) (2 x 43) = 502 €
  • Pour une voiture avec un moteur administrativement évalué à 20 CV : (10 x 36) (6 x 43) (4 x 100) = 1 182 €