Les plaques d’immatriculation belges sont-elles vraiment si différentes ?

Les plaques d’immatriculation belges sont-elles vraiment si différentes ?

Il n’est pas rare d’entendre que les Belges ne font pas les choses comme tout le monde. Vous avez déjà certainement entendu parler de leurs plaques d’immatriculation. La rumeur circule qu’elles sont très différentes des autres plaques européennes. Est-ce vrai ? N’y a-t-il quand même pas une petite similarité ? Voici quelques éléments de réponses.

Particularités des plaques d’immatriculation belges

En Belgique, les plaques d’immatriculation sont spécifiques aux conducteurs. Elles sont attribuées non pas à un véhicule, mais à une personne physique ou morale. Cela signifie qu’elles sont transférées sur un nouveau véhicule à partir du précédent propriétaire. Une personne qui change de véhicule peut transférer son numéro de plaque à son nouveau véhicule. Il faudrait néanmoins que l’ancien numéro d’immatriculation soit applicable au nouveau véhicule. Dans le cas contraire, l’ancien numéro peut être radié et un nouveau numéro sera attribué.

A voir aussi : Comment trouver les meilleures pièces détachées automobiles 

Pendant que la plaque d’immatriculation arrière est fournie par l’État, celle avant est fournie par le propriétaire. Cela impacte l’apparence de la plaque avant qui peut être identique à celle arrière. En Belgique, vous voyez souvent des plaques d’immatriculation rayées, sales ou anciennes sur les voitures neuves. La plaque arrière est montée généralement sur une plaque de base affichant la lettre « B » et le plus souvent une publicité pour le concessionnaire automobile. Les plaques belges sont les seules en Europe à ne pas présenter des caractères de couleur noire.

Similarités entre les plaques belges et les autres plaques européennes

Depuis le 16 novembre 2010, les plaques d’immatriculation belges, longtemps uniques en Europe par leur petite taille, ont été adaptées au format plus large de type européen.

Lire également : Quel est le prix moyen d'un permis moto ?

Avec un drapeau bleu de l’Union européenne, la plaque avant peut être similaire à une plaque d’immatriculation européenne. Elle doit désormais respecter les normes européennes concernant l’immatriculation telles que l’interdiction de plaques avec autocollants ou de plaques découpées dans la masse. La plaque avant au format européen doit pour toute nouvelle immatriculation être tamponnée.

Les nouvelles plaques belges au format européen présentent deux formats qui restent possibles : rectangulaire ou carré. Elles affichent une Eurobande bleue et présentent 7 caractères rouge foncé sur fond blanc. Ces caractères sont séparés par des tirets et non plus par des points, et le drapeau européen ainsi que le B y figurent, sur fond bleu, à gauche de la plaque.

Les anciennes plaques sans logo européen sont en train d’être remplacées de façon progressive au fur et à mesure des nouvelles demandes d’immatriculation. La seule exception est pour les plaques personnalisées.

Comment reconnaître le propriétaire de chaque plaque belge ?

Savoir à quelle catégorie appartient le propriétaire d’une plaque belge n’est pas compliqué. De façon concrète, la nouvelle plaque comprend 7 caractères. Il est vrai qu’on y retrouve la composition classique de trois lettres et trois chiffres. Mais, elle est désormais précédée d’un chiffre compris entre 1 et 9. Ces chiffres ont tous leur signification bien précise.

Les chiffres de 1 jusqu’à 7 renvoient à la plaque des particuliers. Le 8 indique que c’est une plaque européenne. Le 9 quant à lui fait référence aux immatriculations personnalisées. Les taxis ont à présent une plaque débutant par un T-X… Les taxis « limousines » se distinguent par un T-L…

Les ancêtres, eux, ont droit à des plaques débutant par « O ». Pour les motos, la première lettre est soit un « M », soit un « W ».

Les voitures utilisées par le Roi et la Reine sont celles avec des plaques de petits chiffres (de 1 à 10). Les plaques des voitures des autres membres de la famille royale ont deux chiffres, entre 11 et 99. Celles avec un « A » suivi d’un chiffre renvoient aux membres du gouvernement fédéral, à certains hauts magistrats et aux gouverneurs de province. Les plaques avec un P, apparaissent sur les véhicules des représentants de la Chambre et du Sénat. Elles apparaissent également sur ceux liés aux parlements régionaux et européens.

Pour conclure, il est clair qu’avant le 16 novembre 2010, les plaques belges étaient très différentes des plaques européennes. Mais à partir de cette date, il y a eu une adaptation ayant permis une certaine conformité avec le reste des pays de l’Union européenne. Il n’est donc plus aisé d’affirmer clairement que les plaques d’immatriculation belges s’écartent de la nomenclature européenne.