La LLD d’occasion, une nouvelle verticale de marché ?

La LLD d’occasion, une nouvelle verticale de marché ?

De nouvelles solutions de location longue durée (LLD) émergent sur le marché. La LLD d’occasion se développe massivement à travers plusieurs offres novatrices. Pour les flottes automobiles, la LLD d’occasion est une opportunité à saisir pour les entreprises.

La tendance pour la LLD d’occasion

De nouveaux acteurs arrivent sur le marché de la LLD d’occasion. La start-up lyonnaise Flease en est un parfait exemple. Possédant une centaine de véhicules d’occasion, cette jeune entreprise convoite les TPE et PME consommant peu la LLD (flottes automobiles inférieures à 100 unités).

A lire aussi : Nouveau Hyundai Santa Fe

L’idée est de proposer aux TPE et PME faisant peu appel à la LLD des véhicules d’occasion ayant moins d’un an et moins de 20 000 kilomètres.

Flease offre aussi la possibilité aux entreprises de changer de véhicule pendant le contrat, et ce, sans pénalité. L’entreprise ne marge pas sur les frais de remise en état du véhicule et installe un boîtier permettant de piloter et d’ajuster le nombre de kilomètres durant le contrat.

A lire aussi : Des expériences auto à la portée de tous

Le marché de l’occasion est également convoité par Arval (filiale de BNP Paribas spécialisée dans la LLD de véhicules aux entreprises), qui propose des véhicules de moins de 5 ans issus des flottes d’entreprises sur le site Cdiscount.

Depuis son lancement en janvier 2021, le site Cdiscount propose à la vente 500 à 600 véhicules issus des restitutions des contrats LLD d’Arval.

Bien que la LLD aux entreprises reste son cœur de métier, Arval a souhaité s’adresser à un public plus large. La filiale de BNP Paribas avait d’ores et déjà tenté le coup avec son site de revente aux particuliers Arval Auto Select. Celui-ci permettait de revendre les véhicules restitués une fois leur période de location terminée. Sa collaboration avec Cdiscount va dans la même direction mais, cette fois-ci, la portée attendue est bien plus importante puisque ce n’est pas moins de 22 millions de visiteurs qui transitent mensuellement sur le site de l’e-commerçant.

D’autres acteurs se sont ouverts au marché de la LLD d’occasion, c’est le cas notamment de du spécialiste en location longue durée sans apport Les Formules, qui propose également des véhicules d’occasion depuis des années.  Que ce soit aussi bien de la LLD, des locations de plus courtes durées, de l’autopartage ou de l’abonnement, Les Formules est une solution personnalisée permettant de répondre à chacun des besoins des entreprises. Tour comme Flease, l’acteur est plus régional, ce qui permet de mettre en place in interlocuteur unique et des contrats souples.

La LLD d’occasion est donc un marché porteur. De façon générale, nous pouvons dire que c’est l’ensemble du marché de l’occasion qui est attractif.

La voiture d’occasion prend le dessus

En effet, la voiture d’occasion n’est plus la mal-aimée du secteur automobile. Aujourd’hui, elle fait l’objet de nombreuses convoitises surtout après la période de crise sanitaire où les ventes des véhicules neufs se sont effondrées de 25%. En comparaison, la crise sanitaire a entaché légèrement la vente de véhicules d’occasion (recul de 4,5% seulement).

Cet écart se constate également au niveau du nombre d’immatriculations. Celui des véhicules d’occasion a été 3 fois supérieur à celui des véhicules neufs. Selon Flavien Neuvy, économiste et directeur de l’Observatoire Cetelem, « le marché de l’occasion est deux fois plus gros que celui du neuf ».

Un virage pour le marché de l’occasion particulièrement marqué par le groupe français PSA avec son rachat de l’entreprise Aramis Auto et le lancement, il y a un an et demi, de son label Spoticar destiné aux voitures d’occasion du groupe.

En France, le marché de l’occasion reste cependant massivement développé pour les particuliers qui enregistrent près des deux tiers des transactions chaque année.

Toutefois, les banques et les assurances ont flairé la bonne affaire. Société Générale ne cesse d’investir dans l’occasion. Et pour cause, il y a peu, la banque a fait l’acquisition de la start-up Reezocar, spécialisée dans le conseil auprès des acheteurs de véhicules d’occasion.

L’engouement pour l’occasion est tout à fait dans l’air du temps. La mobilité évolue, la voiture n’est plus le moyen de locomotion exclusivement privilégié alors pourquoi y mettre une somme folle ? Les prix des véhicules d’occasion sont bien plus attractifs. Le prix d’un véhicule neuf est d’en moyenne 27 000 euros, un montant en augmentation depuis 10 ans.

La voiture électrique, bientôt proposée en LLD d’occasion ?

La LLD d’occasion ne se limitera pas aux modèles de véhicules thermiques, du moins c’est ce qui est envisagé.

L’émergence des véhicules électriques d’occasion dans les flottes automobiles se fait sentir ces dernières années et le projet de donner plusieurs vies à ces véhicules commence peu à peu à émerger.

L’idée serait d’abord d’évaluer leur fiabilité. Si ceux-ci ne rencontrent pas de problèmes majeurs sur 6 à 7 années, alors il sera envisageable de proposer ces véhicules électrifiés en « seconde main » avec la LLD d’occasion.

Le marché de l’occasion se voit dessiner un avenir prometteur. Un avenir alliant nouvelles énergies et seconde vie. Un ensemble appréciable étant donné les demandes de plus en plus pressantes du gouvernement quant à la transition écologique.