Tweet

A lire en complément : La Lexus GS en version hybride

Un accord de principe existe entre l’équipe Lotus et Renault pour l’an prochain, il a même été rédigé au début de l’été, pour une période de trois mois. Mais le contrat signé l’an dernier entre l’équipe anglaise et le motoriste Cosworth sera coûteux, s’il se termine de manière anticipée.

Depuis le début du printemps, Lotus Racing cherche une alternative à ses défauts. A Monte-Carlo, les dirigeants de l’équipe ont discuté avec ceux de Mercedes-Benz, puis lors du week end du Grand Prix d’Europe à Valencia (Espagne), une réunion entre Jean François Caubet, Rob White (directeur technique moteur Renault) et le couple Tony Fernandes, Mike Gascoyne – respectivement patron et directeur technique de Lotus Racing – ont permis d’y voir plus clair.

A lire en complément : Première photo de la Mercedes CLS break

Au départ, les discussions ne portaient que sur les transmissions et le KERS (récupérateur d’énergie cinétique) pour 2011. Lotus disposant d’une transmission fournie par X-trac,  qui souffrait depuis le début de saison d’un manque de fiabilité important causé par une surchauffe moteur. Mais progressivement, Renault propose de fournir son moteur V8 à l’équipe anglaise à partir de 2011. Une aubaine, mais…

Mais,  pour arriver à faire revire le duo mythique des années 1982-1986, il faut que Lotus Racing casse son contrat avec Cosworth – son actuel fournisseur moteur. Une opération complexe et très coûteuse. En effet, lors de l’accord signé l’an dernier entre les deux parties, chacune s’engageaient à collaborer durant trois saisons : Un contrat d’une valeur de près de 20 millions sur la période. Toutefois, en vertu du statut spécifique de Cosworth, l’équipe Lotus, en cas de rupture, devra continuer à payer ses moteurs en 2011 et 2012. Un principe devant éviter de mettre en difficulté financière le manufacturier moteur, dont le modèle économique repose sur une fourniture de quatre équipes par année pour être viable.

Le moteur Renault V8 est disponible pour 12 millions d’euros (ensemble moteur, transmission,  KERS et assistance technique), soit 24 millions d’euros pour deux saisons. Ajoutons  les 13 millions d’euros pour Cosworth et la facture moteur pour Lotus Racing en 2011 et 2012 s’élèvera à 37 millions d’euros, soit 18,5 millions d’euros annuel. Coûteux donc. Peut être un peu trop.

Articles complémentaires :

  1. L’actualité F1 de la semaine
  2. L’actualité F1 de la semaine
  3. L’actualité F1 de la semaine
  4. Lotus serait à la recherche d’un repreneur
  5. L’actualité F1 de la semaine

Publié dans : Actu